Covid-19 : Les chercheurs de Centrale Lyon fortement mobilisés

Pas moins de 1 800 études sont en cours à travers le monde, dont 600 essais cliniques, pour mieux connaitre le Covid-19, trouver un traitement ou un test de dépistage efficaces. Jamais les chercheurs n’ont été aussi mobilisés dans la lutte contre un virus. À Centrale Lyon, plusieurs laboratoires ont répondu à des appels à projets.

Des experts en visualisation de données au service des épidémiologistes

Collaboration internationales sur le COVID 19_LIRIS

Le LIRIS participe actuellement à l’élaboration de visualisations interactives d’un nouveau jeu de données pour les essais cliniques en cours sur le COVID 19. Les chercheurs répondent à un appel lancé par des épidémiologistes du CRESS, le Centre de Recherche en Épidémiologie et Statistiques. L’objectif du jeu de données est d’être rendu public afin de tester de nouveaux traitements, de nouvelles molécules (autres que celles très populaire en ce moment comme la chloroquine), de les comparer entre elles, voire de les combiner.

Confine-COVID-19 : un projet de simulation numérique

Ce projet de simulation numérique de différents scénarios de sortie de confinement a été élaboré par Centrale Lyon, en partenariat avec l’Université Claude Bernard - Lyon 1 et le Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive (LBBE) des Hospices Civils de Lyon. Deux ingénieurs statisticiens-modélisateurs ont été recrutés pour simuler les répercussions de différentes mesures de protection contre la transmission du COVID-19 et étudier les effets attendus de différents scénarios de sortie du confinement.

Human-19 : Des respirateurs pour les CHU

Visieres_ENISE
Phillipe Bertrand, responsable de la Chaire Impression 3D de l'ENISE avec les médecins du CHU de Saint-Étienne

L’UdL (Université de Lyon) va financer à hauteur de 100 000 euros la fabrication additive de pièces détachées pour respirateurs. Le LTDS de l’ENISE, future école interne de Centrale Lyon, travaille avec le CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de Saint-Étienne et la startup Med In Town. L'objectif est de reproduire le FabLab de l'ENISE au sein d'une unité de fabrication autonome et d'investir dans de nouveaux équipements. Installés sur le parking du CHU, dans un Container mobile de 24 mètres carrés, les équipements (imprimantes 3D) pourront être démultipliés sur d’autres sites en fonction des besoins des hôpitaux.

Genepep : la biologie appliquée au COVID

Naoufel Haddour, enseignant-chercheur en électrochimie et Sébastien Cécillon, ingénieur au laboratoire Ampère de Centrale Lyon, collaborent avec une entreprise de Montpellier, Genepep, spécialisée en chimie des polymères, peptides et protéines, pour développer une nouvelle gamme de capteurs électrochimiques à bas coût (moins de 1 euros le test). L’objectif est de détecter le virus dans l’environnement (sur une surface, dans l’eau...) et dans les fluides biologiques (sang, salive...). Sur le même principe, les chercheurs, avec Karine Puget, dirigeante de Genepep et Saïd Jedors son collaborateur, espèrent développer un test de sérologie humaine pour détecter, non pas le virus, mais les anticorps spécifiques du virus présents chez les personnes qui ont été contaminées et qui auraient développé une immunité.