[Ose les sciences] « Star Wars » : science ou science-fiction ?

Les 5 étudiants du PE 82 recevaient le jeudi 19 mai, 24 collégiens de troisième du collège Victor Schoelcher (Lyon 9) accompagnés de leurs professeurs. Une première série d’ateliers avait été réalisée le 31 mars dernier au collège, orientée sur le thème de la police scientifique. Ces mêmes collégiens sont venus cette fois-ci à l’École Centrale de Lyon, afin d’avoir un aperçu de ce que l’on fait dans une école d’ingénieurs et de découvrir des ateliers sur le thème de « Star Wars ». L’objectif de ces ateliers était d’analyser certaines scènes des films de « Star Wars » pour voir ce qui est scientifiquement possible et ce qui relève de la pure science-fiction.

Après une brève présentation des enseignements de l’École et de leur vie sur le campus, les élèves de l'École Centrale de Lyon ont emmené les collégiens (divisés en 4 groupes) au bâtiment F7 pour leur présenter les ateliers suivants :

  • Lévitation : les personnages de Star Wars parviennent à faire voler des objets par télékinésie. Dans la vie réelle, on peut parvenir à faire voler des objets par lévitation magnétique : certains matériaux possèdent des propriétés supraconductrices (c’est-à-dire une résistance électrique nulle) lorsqu’ils sont refroidis à environ -200°C. Dans ce cas, ils exercent une force magnétique opposée à la force magnétique exercée par un aimant. Ceci permet de maintenir l’aimant en lévitation au-dessus du supraconducteur, tant que ce dernier reste froid.
  • Sabres lasers : les faisceaux lasers des sabres de Star Wars sont limités dans l’espace et s’entrechoquent lors des combats. En réalité, la tâche d’un laser peut-être observée à l’infini et le faisceau ne se voit pas dans l’air. Pour l’apercevoir, il faut de la fumée qui diffuse la lumière. Un laser suffisamment puissant peut découper des objets à condition que l’objet absorbe la couleur du laser, ce qui conduit à un chauffage local par agitation des molécules : on peut par exemple faire exploser ou non des ballons selon leur couleur ou découper des métaux.
  • Hologrammes ou pas ? Dans Star Wars, les personnages apparaissent sous forme d’images en trois dimensions. On peut arriver à reproduire cette illusion d’optique par réflexion et transmission de la lumière provenant d’un objet à travers un support transparent (par exemple un prisme en plastique posé sur un écran) : l’œil parvient alors à distinguer l’image virtuelle de l’objet au centre du prisme. Par contre, on ne peut pas considérer cette image comme un hologramme, qui est un effet optique plus complexe.
  • Son dans l’espace : dans Star Wars, on entend par exemple le son de l’explosion de l’Étoile Noire. C’est impossible car le son ne peut se propager que dans un milieu matériel et pas dans le vide de l’espace. Par exemple, on n’entendra plus le son d’un réveil s’il est placé sous vide.
  • Gravité : les humains de Star Wars respirent et se déplacent sans aucune difficulté sur toutes les planètes. Mais il est très peu probable que la gravité et l’atmosphère soient les mêmes partout. Sur une planète de gravité plus importante que la Terre, se déplacer en courant devient impossible : le poids augmente, ce qui revient à transporter en permanence des charges importantes.

Pour chaque atelier, les collégiens ont pu observer et interpréter les expériences, tout en recevant des explications scientifiques sur les phénomènes observés.

Ose les sciences - Photo de groupe

Élèves : Fanny ANDRE, Nicolaï CURNIER, Léna EVRARD, Camille LEPORT, Marion MERLE

Enseignants : Salomé ANSANAY-ALEX, Virginie MONNIER, Magali PHANER-GOUTORBE